Nos pensées pour Roger Cans, figure sarthoise de l’écologie

Roger Cans était une figure, discrète mais durablement fidèle, de l’histoire écologiste française.

Naturaliste dès l’enfance, longuement journaliste, chargé durant de nombreuses années (1983-1996) de suivre les dossiers de l’environnement au Monde, il en était devenu un incontestable spécialiste et même, sur certains, un expert. Sa retraite dans le sud-Sarthe n’avait pas émoussé sa vigilance, ni, hélas, son inquiétude grandissante devant les perspectives de notre pauvre planète.

Son livre « Petite histoire du mouvement écolo en France », paru en 2006 – déjà ! – chez Delachaux et Niestlé, était dédié à son grand-père Albert Cans, professeur d’histoire, jolie manière de replacer l’écologie dans le temps long… Sur la couverture, aux côtés de Jean-Jacques Rousseau ou de Théodore Monod, on reconnaît un Nicolas Hulot jeune, image qui vient brutalement nous rappeler l’urgence dans laquelle nous sommes désormais placés. Il n’est plus temps de nous mentir…
Merci Roger, d’avoir été une sentinelle vigilante de l’environnement, du local au global ! Nous avons les un.e.s et les autres partagé avec plaisir et intérêt tant les débats d’idées autour de grands sujets que les sorties naturalistes dédiées à l’engoulevent ou aux briophytes aux abords de Saint-Jean-de-la-Motte.
Les pensées des écologistes de la Sarthe vont à ses proches et en particulier à Chantal Cans, juriste de l’environnement et de l’urbanisme.

Remonter